Comment choisir un automatisme de portail de maison ?

Tôt ou tard, devant un portail, une porte ou une porte de garage, arrive ce moment fatidique où nous nous demandons s’il est encore utile de monter et de descendre de la voiture et pourquoi pas de privilégier le côté pratique …

C’est précisément à ce stade que des doutes surgissent : comment s’orienter dans le grand choix des automatismes de portails ? Et surtout, quels sont les éléments qui doivent nous guider dans notre choix ?

La vie veut vous soutenir dans cette phase, afin de ne pas vous faire perdre vos repères et de vous permettre de choisir en connaissance de cause la solution la plus simple et la plus adaptée pour vous.

Aspects à prendre en compte dans le choix de l’automatisation

Le premier aspect sur lequel il faut se concentrer est le cas de l’utilisation. En termes pratiques, la question est la suivante :

“Dans quel contexte l’automatisation sera-t-elle installée ?

Il est important de distinguer si l’installation du moteur se fera dans un contexte :

  • résidentiel privé,
  • un lieu d’accès large tel qu’une structure publique ou de copropriété,
  • un environnement industriel.

La réponse à cette question nous permettra de faire un premier écrémage important.

Quelle puissance de moteur choisir ?

Pour une maison privée, vous pourrez choisir un moteur plus simple et moins puissant, en considérant principalement l’optimisation de l’espace disponible.

Au contraire, pour un portail électrique de copropriété, qui sera en fonctionnement plusieurs fois dans la journée, il faudra opter pour une solution plus professionnelle et plus résistante.

Un autre cas est celui d’une entreprise du secteur industriel ou d’une structure publique, où le portail est mis en service de nombreuses fois pendant la journée et souvent même la nuit, et où il est donc préférable d’utiliser un mécanisme spécifique, capable d’assurer une parfaite efficacité.

En cas d’utilisation intensive, un moteur 24 V, adapté aux charges de travail élevées, est également plus approprié.

Le deuxième aspect à garder à l’esprit est en fait composé de deux éléments : le poids et la structure de la porte ou du portail.

Par structure, nous entendons le type. Il faut évaluer, par exemple, si le portail est lambrissé ou si au contraire il est vide à l’intérieur, ainsi que reconnaître le bon relief pour la méthode de montage, comme dans le cas des charnières ayant certaines caractéristiques.

Il est clair que dans ce cas également, comme pour le précédent, la taille, le poids et la structure du portail ou de la porte guideront le choix. En effet, après avoir identifié le type de moteur (pour portails battants, coulissants, sectionnels ou aériens), l’étape suivante consiste à choisir la variante du modèle en fonction de la longueur, du poids, des caractéristiques du vantail et de la fréquence d’utilisation.

Les principales distinctions en fonction du poids du portail

Petit portail dans un contexte de maison individuelle ou jumelée : dans ce cas, un automatisme à usage résidentiel capable de gérer des portails pesant jusqu’à 500 ou 800 kg est idéal.

Environnement de la copropriété : en cas d’utilisation intensive, il existe des automatismes capables de déplacer des portes et des fenêtres jusqu’à 1200 kg même à 24 V.

Contextes publics ou industriels : pour les portes pliantes ou sectionnelles et pour les portails coulissants de taille moyenne/grande dans des contextes très fréquentés ou industriels, il est possible de choisir des automatismes conçus pour des portes et des fenêtres jusqu’à 1500 kg.

Un troisième aspect qui affecte les différents types d’automatisation est le contexte dans lequel les moteurs sont installés.

Dans ce cas, les questions à poser sont les suivantes :

  • L’installation aura-t-elle lieu sur une surface plane ou inclinée ?
  • Quelle est l’épaisseur des colonnes sur lesquelles les automatismes seront fixés ?
  • S’il y a beaucoup d’espace entre le point de fixation et le moteur, il faut choisir clairement des modèles compatibles avec ce type de caractéristiques.

Les conditions climatiques, qui sont également fondamentales pour peser certains choix, ne doivent pas être négligées.

Par exemple, dans le cas de températures très froides, vous risqueriez de devoir faire face à un moteur sous tension, bloqué ou dans un état de fonctionnement général non optimal. C’est pourquoi certains fabricant ont introduit dans leurs moteurs des dispositifs électroniques qui peuvent garantir des performances maximales même dans des conditions climatiques extrêmes.

Un autre élément à prendre en considération est la présence de vents très forts.

Dans ces conditions, la première analyse à faire concerne le type de porte. En fait, il faut choisir un vantail adapté, qui a une géométrie appropriée pour limiter au maximum la résistance au vent. Une fois cette opération effectuée, il faudra alors identifier le moteur approprié pour contrer la résistance résiduelle.

Le dernier aspect, mais non le moindre, est la conception de l’automatisation choisie : une gamme de modèles au design attrayant en fonction des différents contextes de vie, publics ou industriels, facilitera sans aucun doute le choix.